Paul ARÈNE

Paul-Auguste Arène, né le 26 juin 1843 à Sisteron et mort le 17 décembre 1896 à Antibes, est un poète provençal et écrivain français.
Après avoir préparé une licence de philosophie, Paul Arène travaille comme maître d’études aux lycées de Marseille, puis de Vannes. Une petite pièce jouée avec succès à l’Odéon, Pierrot héritier, lui fait quitter, en 1865, l’université pour le journalisme. Il a 23 ans.
À Paris, il fréquente les cafés littéraires et devient l’ami de Alphonse Daudet, François Coppée, Catulle Mendès. Il écrit régulièrement pour Le Journal, puis Le Figaro littéraire des articles et des chroniques. En relation constante avec Joseph Roumanille, Frédéric Mistral et Théodore Aubanel, il regroupe ses amis occitans de Paris, puis, s’inspirant du Félibrige de Fontségune, il organise en 1879 le Félibrige parisien, dont il sera le président.

En langue française, Paul Arène publia son Parnassiculet, qui lui valut de vives inimitiés. Les auteurs du Parnasse y étaient appelés « des Turcs attardés qui ont oublié, ou qui ne savent peut-être point, que le carnaval romantique est clos depuis trente ans. » Comme l’a révélé Octave Mirbeau en 1884, Paul Arène a collaboré activement avec Alphonse Daudet à l’écriture des chroniques provençales publiées par L’Événement et qui furent ensuite rassemblées sous le titre Les Lettres de mon moulin.
En 1868, Paul Arène écrivit ce qui reste son chef-d’œuvre, Jean des Figues. Après 1870, il publia des chroniques, des contes, des poèmes. (Source : Wikipédia)