Paul BOURGET

Paul Bourget est un écrivain et essayiste catholique français. Issu d’une famille originaire d’Ardèche (Savas, Peaugres), il perdit sa mère à l’âge de six ans, son père se remaria un an plus tard. Paul Bourget, enfant, entretint des relations difficiles avec sa belle-mère. Il passa son enfance et son adolescence à Clermont-Ferrand, de 1854 à 1867, où son père tenait la chaire de mathématiques près la Faculté de Clermont. Paul Bourget fut lui-même professeur dans une institution privée. Il abandonna le catholicisme en 1867.
Journaliste à ses débuts, il devient chroniqueur à la Nouvelle revue en publiant des essais. En 1884, il rédige ses premières nouvelles, dont “L’Irréparable”. Après la publication de “Cruelle énigme” (1885), Paul Bourget devient “célèbre en une nuit”, selon le mot d’Albert Feuillerat, beau-frère de Paul Bourget.
Paul Bourget est l’un des grands romanciers de la fin du XIXe et du début XXe siècle. On distingue traditionnellement deux périodes de Paul Bourget, avant et après son retour au catholicisme (1901), ce retour s’effectuant progressivement dans les années 1890. Il est d’abord tenté par le roman d’analyse expérimental. La finesse de ses études de mœurs et de caractères séduit le public mondain qu’il fréquente dans les salons parisiens de la Troisième République. Ses premiers romans “Un crime d’amour” (1886) et “Mensonges” (1887) – ont ainsi un grand retentissement auprès d’une jeune génération en quête de rêve de modernité.
Le romancier change ensuite de direction et s’oriente à partir du roman “Le Disciple” (1889), considéré comme son œuvre majeure, vers le roman d’idées. Cette nouvelle voie conduit Paul Bourget à écrire des romans davantage psychologiques : “L’Étape” (1902), “Un divorce” (1904) et “Le Démon de midi” (1914). (Source : Babelio)