Fiodor DOSTOÏEVSKI

Fédor (Fiodor ou Théodore en français) Mikhaïlovitch Dostoïevski est un écrivain russe, généralement considéré comme l’un des plus grands romanciers russes ; il a influencé de nombreux écrivains et philosophes. Après une enfance difficile auprès d’un père alcoolique et violent, il fréquente une école d’officiers et se lie avec les mouvements progressistes russes. Arrêté pour cette raison en 1849, il est déporté dans un bagne de Sibérie. En 1854, Dostoïevski quitte le bagne et est incorporé comme simple soldat dans un régiment sibérien à Semipalatinsk. Un an après, il est promu officier, et sa vie devient supportable ; on lui permet d’écrire, de recevoir des lettres et de reprendre ses activités littéraires.
Il publie dans la revue le Temps, puis dans l’Époque, qu’il dirige avec son frère Mikhaïl, “Humiliés et offensés” (1861), les “Souvenirs de la maison des morts” (1861-1862) et un grand nombre d’articles, en condamnant la civilisation occidentale bourgeoise, matérialiste et impie. Et puis le temps des chefs-d’œuvre : “Notes d’un souterrain” (1864), “Crime et Châtiment” (1866), “Le Joueur” (1866), “L’Idiot” (en 1868-1869), “L’Éternel Mari” (publié dans l’Aurore en 1870), “Les Possédés”, “Journal d’un écrivain”, “L’Adolescent “(publié dans les Annales patriotiques en 1875).
Épileptique, couvert de dettes et d’un caractère sombre, Dostoïevski mène une vie d’errance en Europe, au cours de laquelle il devient un fervent libéral pour son pays et surtout un patriote convaincu. (Source : Babelio)