Gustave DROZ

Antoine Gustave Droz est un peintre, romancier et chroniqueur français.
Il débuta dans La Vie parisienne de Marcellin sous le pseudonyme de Gustave Z et se rendit célèbre par son esprit. Ses chroniques furent réunies en volumes: Monsieur, madame et bébé qui connut un succès phénoménal en Europe et aux États-Unis dans les années 1870. Il est l’un des premiers à mettre à l’honneur le personnage de l’enfant, du bébé (en usant de ce mot peu répandu dans les années 1870). Il dépeint fidèlement les préoccupations de ses contemporains en matière de vie familiale.
Il a publié également des romans: Les Cahiers d’une femme mariée, Le Cahier bleu de Mlle Cibot, Tristesses et sourires…(1884), L’Enfant (1885).
Son style est élégant et sa narration aisée. La vogue qui avait porté aux nues les romans de Droz se heurta très tôt à la condamnation de ses contemporains les plus éminents. Zola traita son œuvre de « merde à la vanille». Huysmans, en évoquant « l’art maladivement élégant du second empire», ironisa sur « ce boudoir coquet où les dames de M. Droz flirtent à genoux et aspirent à des lunchs mystiques.» Jules Renard s’indigna d’avoir été qualifié par un critique de « Gustave Droz 2» et déclara : “Il faut casser l’enfant en sucre que tous les Droz ont donné jusqu’ici à sucer au public”.
(Source : Wikipédia)