Julien GREEN

Julien Green (Julian Hartridge Green) est un écrivain américain de langue française né de parents américains établis en France depuis 1893. En 1917, Julien Green s’engage dans le Service des ambulances américaines, puis en 1918, il est détaché dans l’artillerie française. Démobilisé en mars 1919, il se rend pour la première fois en Amérique en septembre 1919 et achève ses études universitaires à l’Université de Virginie, où il écrit son premier livre en anglais.
De retour à Paris en 1922, il commence à écrire en français et publie son premier ouvrage en 1924 (Pamphlet contre les catholiques de France) sous le pseudonyme Théophile Delaporte. A Baltimore et à New York en 1940, il est mobilisé en 1942, et est à l’OWI la Voix de l’Amérique. Il obtient le Prix Harper pour Memories of happy days en 1942.
Il revient à Paris en 1945. En 1950, il est élu à l’Académie de Bavière, puis à celles de Mayence, de Mannheim et à l’Académie royale de Belgique. En 1951, il reçoit le prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre, puis en 1966, le grand prix national des Lettres, en 1970, le grand prix de Littérature de l’Académie française. Il est élu à l’Académie des États-Unis en 1972 et reçoit encore de nombreux prix.
Élu à l’Académie française, le 3 juin 1971, au fauteuil de François Mauriac, il est reçu, le 16 novembre 1972, par Pierre Gaxotte. Il se déclare démissionnaire en 1996, mais son fauteuil ne sera remplacé qu’après son décès. Il n’a jamais eu la nationalité française : Georges Pompidou la lui avait proposée en 1972 après son élection à l’Académie, mais il l’a déclinée.
Trois de ses livres ont été adaptés au cinéma : Léviathan en 1962 (dont il écrit lui-même le script), Adrienne Mesurat (1953) et La Dame de pique. (Source : Académie française)