Alexandre KROUPRINE

Alexandre Kouprine naît à Narovchat en septembre 1870 au sein d’une ancienne famille noble qui s’est appauvrie au cours du 19ième siècle. Il entre au pensionnat dès l’âge de 6 ans et finit son éducation par dix années d’études dans les écoles militaires de Moscou. Quittant l’armée à l’âge de 24 ans (1894), Kouprine cherche sa voie et s’essaye à de nombreux métiers. Il sera ainsi journaliste pour la presse locale, médecin, chasseur, pêcheur, chanteur en église,…
Ses expériences nourrirons dès le début son travail d’écriture auquel il se livre depuis l’époque de sa vie militaire. Si sa première nouvelle, Le Dernier Début, fut publiée en 1889, Kouprine doit attendre la fin des années 1890 pour connaître les premiers succès avec sa nouvelle Moloch (1996) et surtout son roman Le Duel (1905). Tolstoï dira même de lui qu’il est le véritable successeur de Tchekhov. Vladimir Nabokov le qualifie de Kipling russe pour ses histoires pathétiques d’aventuriers déracinés, souvent névrotiques et vulnérables.
Bien que marié et père d’une fille née en 1903, Kouprine sombre alors qu’il est à l’apogée de sa carrière littéraire : ainsi, dès 1905, il délaisse la plume et se met à fréquenter avec assiduité les bars et les maisons closes. Expériences qui elles aussi serviront de bases à son roman rapportant de manière crue la vie des prostituées, La Fosse aux filles (1915).
Après une courte période de collaboration avec Maxime Gorki pour la maison d’édition Littératures du Monde, il décide de quitter la Russie en 1919 : opposé au nouveau régime, il s’installe alors en France. Il vécu essentiellement à Paris les 17 années suivantes, succombant à l’alcoolisme, sujet récurrent dans son œuvre. Kouprine décéda au printemps 1938 à Leningrad où se trouve sa tombe. (Source : Litteraturerusse.net)