Jacques de LACRETELLE

Jacques de Lacretelle est un écrivain français. Avec son père, consul général, Jacques de Lacretelle passa son enfance à Salonique, Alexandrie et Florence mais après la mort de celui-ci il fut élevé par son grand-père Pierre-Henri de Lacretelle. Après avoir fait des études au lycée Janson-de-Sailly, il poursuivit ses études à l’Université de Cambridge.
Pendant la Première Guerre mondiale, il ne peut rester sur le front pour des raisons de santé et se consacre alors à la littérature.
Il commence sa carrière littéraire en 1920 en faisant publier “La Vie inquiète de Jean Hermelin”, à l’âge de 32 ans. Il publie “Silbermann” en 1922 aux éditions Gallimard qui obtient le prix Femina et sera traduit en dix langues. Romancier d’analyse, maîtrisant, avec un style parfaitement et élégamment classique, Jacques de Lacretelle n’hésitait pas à traiter de sujets fort osés pour l’époque, comme il le prouva avec son ouvrage suivant, “La Bonifas” (1925).
En 1929 il obtient le Grand prix de l’Académie française pour “L’amour nuptial” et de 1932 à 1935 il écrit “Les Hauts-Ponts” en quatre volumes qui décrit la décadence d’une famille sur trois générations.
Il est élu le 12 novembre 1936 à l’Académie française, devenant ainsi le troisième académicien de sa famille. Âgé de quarante-huit ans au moment de son élection à l’Académie, Jacques de Lacretelle devait en devenir le doyen à la fois d’âge et d’élection, puisqu’il y siégea fort assidûment pendant quarante-huit ans.
Il a fait partie de la rédaction du journal des Croix-de-feu, “Le Flambeau” ; il était membre du Parti social français. En outre, il joua un rôle prépondérant lors de la renaissance du Figaro, à la Libération. (Source : Babelio)