Paul MORAND

Paul Morand est né à Paris, rue Marbeuf, sur l’emplacement du célèbre Bal Mabille. Fils du haut fonctionnaire et artiste Eugène Morand, Paul Morand, après des études à l’École libre des Sciences politiques, fut reçu en 1913 premier au grand concours des ambassades, et embrassa une carrière de diplomate. Sa carrière diplomatique est allée de pair avec une carrière littéraire très féconde : son œuvre compte une centaine de romans, nouvelles, portraits de villes et chroniques.

Il fréquente les milieux politiques, diplomatiques, mondains, et se lie avec Proust, Cocteau, Misia Sert, avec lesquels il partage le goût des soupers fins et la passion de la littérature. Dès la fin de la Première Guerre mondiale, il collabore régulièrement à La N.R.F. et publie des nouvelles. Des postes à l’étranger, il rapporte de remarquables textes sur les villes.

Ayant réintégré les Affaires étrangères en 1938, Paul Morand se trouvait, au moment de la défaite de 1940, à Londres où il occupait les fonctions de responsable de la mission de guerre économique. Mis à la retraite d’office par le gouvernement de Vichy, il publiait en 1941 Chroniques de l’homme maigre, livre d’orientation maréchaliste. Avec le retour de Laval au gouvernement, il était nommé à la présidence de la commission de censure cinématographique, avant de terminer la guerre comme ambassadeur à Berne, ce qui lui valut d’être révoqué à la Libération, et contraint à l’exil en Suisse.

Paul Morand a été l’un des premiers chantres de la vie moderne, du cosmopolitisme, des voitures de course, du jazz, des voyages. Il a été élu à l’Académie française en 1968.  (Source : Académie française)