Louis PERGAUD

Louis Pergaud est originaire de Belmont (Doubs), en Franche-Comté. Son père, Élie Pergaud, y est instituteur paroissien depuis 1877.
Agé de seize ans, il présente le concours d’entrée à l’École normale et il est reçu premier. Après 3 ans d’études acharnées dans cette école, il en sort, le 30 juillet 1901, troisième de sa promotion. Il est nommé enseignant à Durnes (Doubs), son premier poste, pour la rentrée d’octobre 1901. Il se retrouve orphelin à 18 ans, en 1900. 
En avril 1904 Pergaud avec l’aide d’un ami poète, Léon Deubel, fait paraître son premier recueil de poésies, L’Aube.
Pergaud travaille à Paris comme clerc puis comme maître d’école, consacrant tout le temps qu’il peut à sa plus grande passion : l’écriture.
Sa première publication en prose parait dans le Mercure de France en 1910, le recueil de ces nouvelles s’intitule De Goupil à Margot (Prix Goncourt 1910). En 1911 sort son deuxième recueil de nouvelles sur le thème des animaux, dont La Revanche du corbeau.En 1912 il écrit La Guerre des boutons, roman de ma douzième année Ferry, etc. En 1913 paraît Le Roman de Miraut, chien de chasse.
En août 1914, Louis Pergaud est mobilisé dans l’armée française comme sous-lieutenant au 166e régiment d’infanterie cantonné à Verdun. Le 7 avril 1915, son régiment lance une attaque contre les lignes allemandes : Pergaud, piégé dans les barbelés, est blessé par balles. À la fin de l’offensive, l’écrivain comtois n’est pas parmi les rescapés. (Source : Babelio)