A REBOURS

30,00

Joris-Karl HUYSMANS

Georges TCHERKESSOF

EDITIONS DE LA NOUVELLE FRANCE

Illustrations de Georges TCHERKESSOF

Editions de la Nouvelle France, 1952

In-8° - 225 pages
Dimensions : 140 x 190

Exemplaire n°1622 sur vélin des Vosges

Broché sous couverture rempliée
Intérieur sans rousseurs

La particularité de ce roman est qu’il ne s’y passe presque rien : la narration se concentre essentiellement sur le personnage principal, Jean des Esseintes, un antihéros maladif, esthète et excentrique, et constitue une sorte de catalogue de ses goûts et dégoûts.

La Bible de l’esprit décadent et de la “charogne” 1900. À travers le personnage de des Esseintes, Huysmans n’a pas seulement résumé, immortalisé les torpeurs, les langueurs, les névroses vénéneuses et perverses du siècle finissant. Des Esseintes est à la fois grotesque et pathétique, une des plus fortes figures de l’angoisse qu’ait laissées notre littérature. 

Huysmans crée ici un personnage fascinant, des Esseintes, qui représente ce qu’on a appelé “la décadence”; dégoûté de la vulgaire réalité, il cherche désespérément, en recourant sans cesse à l’artifice, des sensations rares et des plaisirs toujours nouveaux, jusqu’à l’hallucination, presque jusqu’à la folie.
Dans le tohu-bohu qui accompagna la publication d’”À rebours” en 1884, Barbey d’Aurevilly écrivait : “Après un tel livre, il ne reste plus à l’auteur qu’à choisir entre la bouche d’un pistolet ou les pieds de la croix”. Huysmans lui donna raison en se convertissant peu après.

Descendant d’un décabriste et d’une Française nommée “Le Dentu”, qui avait suivi son époux dans sa relégation sibérienne, Tcherkessof mène des études de commerce tout en fréquentant le “Nouvel atelier d’art” dès 1917. En 1919 il épouse Anne, fille d’Alexandre Benois, et intègre le groupe du “Monde de l’art”.
Peintre, graphiste, décorateur de théâtre, illustrateur : les premières années 20 sont productives ! En 1925, Tcherkassoff émigre en France, à Paris, continuant à peindre, se mettant à la gravure. En 1941, les Allemands l’arrêtent en tant que citoyen soviétique, et le placent au camp de Compiègne.
Il mourra en 1943 à Paris.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “A REBOURS”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *