LA BATAILLE – Claude FARRÈRE

 

Illustrateur : Guy ARNOUX

Editeur : Mornay

Année : 1926

Description

Illustrateur : Guy ARNOUX
  
Editions Mornay, 1926
34ème titre de la collection “Les Beaux Livres”
   
In-8° – 294 pages
Dimensions : 160 x 210
   
Exemplaire n° 717 sur Rives
   
Belle reliure demi-maroquin bordeaux à coins 
signée L. PEETERS à Anvers
Dos à 4 nerfs à décors japonisant mosaïqué (sabre et éventail)
Tête dorée
Couverture et dos conservés
Intérieur impeccable

Remarque : Dos légèrement passé

L’OEUVRE

Sa réputation de grand artiste a précédé Jean-François Felze à Nagasaki et quand il arrive au mois de mai 1905 sur le yacht de son amie, la richissime Américaine Mrs. Hockley, le marquis Yorisaka le prie de faire le portrait de sa femme. Malgré le bref délai (une bataille navale est imminente, le Japon étant en guerre avec la Russie depuis février 1904, et Yorisaka désire emporter l’œuvre à bord du Nikkô où il est lieutenant de vaisseau), Felze accepte car il est sous le charme de l’Extrême-Orient. Cuisante est donc sa déception en constatant que les Yorisaka vivent à l’européenne. Ont-ils trahi leurs ancêtres en reniant les traditions millénaires du Japon, comme le déclare le Chinois Tcheou Pé-i, venu à Nagasaki en observateur de la guerre russo-japonaise ? Pourtant la marquise Mit-souko a su trouver, à la demande de Felze, un costume des temps anciens et, en posant pour lui, elle avoue sa nostalgie du Japon d’avant le Grand Changement. 

Ce roman a connu un succès considérable (un million d’exemplaires vendus).

La bataille en question est celle de Tsushima qui vit l’escadre japonaise de l’amiral Togo exécuter en quelques heures la flotte Russe de l’amiral Rojestvenski.

 

L’ARTISTE

Guy Arnoux (1886-1951) est un artiste, illustrateur et graphiste.

Il a illustré près de quatre-vingts livres dont plusieurs grands formats d’une remarquable qualité d’impression chez Devambez 1917 : Quelques drapeaux français; 1918 : Tambours et trompettes). À l’issue de la guerre de 1914-1918 il participe à de charmants petits livres pour les enfants : Le bon AnglaisCarnet d’un permissionnaireNos frères d’Amérique… Entre 1912 et 1925 il collabore à la célèbre revue de mode la Gazette du Bon Ton.

Il s’est intéressé aux domaines les plus variés de l’art décoratif : décors pour les paquebots (dont le Lafayette en 1930), publicités, jeux, affiches, menus, programmes, costumes, éventails, foulards, et même des chaussures2. Il laisse derrière lui un caractère d’imprimerie intitulé Guy-Arnoux capitale, qu’il a réalisé en 1914.

Issu d’une famille de militaires, l’armée et le patriotisme constituent ses thèmes favoris, allant parfois jusqu’à une certaine naïveté chauvine. En 1921, il est nommé peintre officiel de la marine.

Son trait est reconnaissable entre tous : un cerne noir et de larges aplats, très souvent réalisés au pochoir. Il est le représentant d’un nouvel art populaire, à la fois moderne et traditionnel. C’est sans doute le dernier grand imagier français.

Il meurt en 1951, à Ardon, dans la propriété familiale “la Rousselière” après une journée de chasse.

Informations complémentaires

Poids 0.8 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LA BATAILLE – Claude FARRÈRE”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *