LE GRAND SILENCE BLANC

80,00

Louis-Frédéric ROUQUETTE

André COLLOT

ARC EN CIEL

Illustrations d'André COLLOT

Éditions Arc-en-ciel, 1944
Collection du "MOULIN DE PEN-MUR"

Volume in-4° - 230 x 285 - 204 pages

Tirage limité à 1000 exemplaires
Exemplaire n°118 sur vélin

Broché sous couverture rempliée
Intérieur en très bon état

Le roman est une succession de chapitres autour des rencontres faites par le narrateur-voyageur en route pour le Klondyke et l’Alaska au moment de la ruée vers l’or. Défilent ainsi des personnalités fortes et pittoresques représentatives du contexte géographique et social comme la femme du sergent de la police montée qui demande de l’aide, un commerçant chinois, un Inuit, un pianiste italien, un aventurier… et Tempest le chien husky à qui l’auteur dédie son roman. On le présente comme un roman de la solitude physique et morale face à l’immensité et à l’hostilité du Grand Nord où la relation entre l’homme et son chien, indispensable, attentif et fidèle, tient une grande place.

Le Grand Silence blanc – Roman vécu d’Alaska, publié en 1920 et 1921, est l’œuvre la plus connue de l’écrivain Louis-Frédéric Rouquette. Le cadre géographique du Grand nord et l’action de ce roman d’aventure ont contribué à la notoriété de l’auteur, salué comme le Jack London français.

André Collot, (1897-1976), est un peintre, graveur et illustrateur.
Prolifique, reconnu pour ses illustrations de livres grivois et érotiques dès 1931, il a exposé au Salon d’automne et au Salon des artistes indépendants en 1942 et en 1943.

Avant et après la Seconde Guerre mondiale, il produisit une grande quantité d’illustrations (eaux fortes, gravures sur verre, bois), parfois pour des ouvrages non datés et édités de façon clandestine.

Les plaisanciers et les amateurs de littérature maritime n’oublient pas qu’il fut l’ami et l’équipier de l’écrivain Jacques Perret dont il illustra bon nombre de livres, notamment le drôlatique rôle de plaisance journal de bord d’une improbable croisière entre Honfleur et Santander (mais qui se termine en queue de poisson quelque part devant Cherbourg) à bord du Matam, le petit voilier que l’écrivain-polémiste avait acheté avec l’argent du prix Interallié.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LE GRAND SILENCE BLANC”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *