LE JARDIN DES SUPPLICES

35,00

Octave MIRBEAU

Edy LEGRAND

Les Editions Nationales

Aquarelles et dessins de Edy LEGRAND sous serpentes

Les Éditions Nationales, 1935

Volume in-8° - 175 x 225 - 239 pages

Exemplaire n°2021 sur vélin d'alfa

Broché sous couverture rempliée
Intérieur en très bon état, sans rousseur
Sous papier cristal

 Ironiquement, le romancier dreyfusard a dédié cette œuvre « Aux Prêtres, aux Soldats, aux Juges, aux Hommes, qui éduquent, dirigent, gouvernent les hommes, ces pages de Meurtre et de Sang ».

Ce roman, publié au plus fort de l’affaire Dreyfus, à la veille du procès d’Alfred Dreyfus à Rennes, résulte d’un bricolage de textes conçus indépendamment les uns des autres, à des époques différentes, en des styles différents et avec des personnages différents. On trouve tout d’abord des articles sur la « loi du meurtre » : ils constituent le Frontispice du roman, qui présente une discussion d’après-boire entre intellectuels positivistes. Puis vient En mission, première partie d’une narration orale intitulée Le Jardin des supplices : il s’agit d’une caricature grotesque des milieux politiques français de la Troisième République, où l’on voit l’anonyme narrateur, petit escroc de la politique devenu compromettant pour son ministre de tutelle, se faire envoyer à Ceylan sous le prétexte farcesque d’une mission d’embryologiste… Dans la troisième partie du roman (deuxième partie de cette narration, également intitulée Le Jardin des supplices), nous avons droit au récit d’une visite du bagne de Canton, sous la conduite d’une Anglaise sadique, perverse et hystérique, l’énigmatique et fascinante Clara, qui se fait conduire dans un bordel flottant, « bateau de fleurs », où elle parvient à la « petite mort », au terme de cette exploration des pires atrocités.

À la fois illustrateur, lithographe, déco­rateur et peintre prolifique, Edy-Legrand (1892-1970) est un artiste français de renommée.
Il est né à Bordeaux de mère française et de père juif russe. Après des études à l’École des Beaux-arts de Paris, il débute sa carrière dans l’illustration publicitaire et littéraire. En 1919, son album Macao et Cosmage ou l’expérience du bonheur est publié par la Nouvelle Revue Française. L’ouvrage est l’un des tout premiers albums à privilégier l’image, opérant ainsi une véritable révolution dans la conception du livre pour enfants. Depuis les années 1980, l’album est considéré comme une référence majeure dans l’illustration jeunesse.
Edy-Legrand est également reconnu pour ses talents de peintre. En 1932, lors de la première exposition annuelle d’œuvres gravées à l’Institut d’Art de Chicago, il est le seul à recevoir les honneurs. Il a représenté la France aux côtés de Picasso, Matisse et Derein. Un grand nombre de ses œuvres se trouvent aujourd’hui dans les musées nord-américain.
À partir de 1933, il effectue de nombreux séjours au Maroc. « Au Maroc, Edy-Legrand est fasciné par les éléments de vie qu’il découvre dans le mouvement incessant des foules et dans la mise en vibration de la couleur par les jeux de la lumière sur les costumes et le décor. […]. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est recréer le frémissement de la matière par les infinies combinaisons des masses colorées », Claude Leclanche-Boulé, Edy-Legrand, voyage au Maroc, itinéraire d’un peintre, 1993
Il crée les illustrations de La Bible, une édition en quatre tomes qui retient l’attention du monde entier lors de sa parution en 1950.
Par la suite, il s’installe en Provence dans le Lubéron, loin du monde moderne.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LE JARDIN DES SUPPLICES”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *