LE MÉDECIN DE CAMPAGNE

70,00

Honoré de BALZAC

Charles GENTY

Éditions Littéraires de France

Eaux-fortes de Charles GENTY

Éditions Littéraires de France, sd

Tirage à 350 exemplaires
Exemplaire n°64 sur papier de Rives (seul papier)
In-4° - 218 pages - 200 x 260mm

Broché sous couverture rempliée
Double emboitage en très bon état
Intérieur ten excellent état
Non coupé

En 1829, par une jolie matinée de printemps, un homme âgé d’environ cinquante ans suivait à cheval un chemin montagneux qui mène à un gros bourg situé près de la Grande-Chartreuse. Cet homme, le commandant Genestas en recherche un autre: Monsieur Benassis, médecin de campagne et maire de ce bourg. La rencontre a lieu, mais pourquoi le commandant se présente-t-il sous une fausse identité ? Pourquoi un homme aussi brillant que le médecin, étranger à cette région, est-il venu s’enterrer ici ? Au fur et à mesure qu’une indéfectible amitié unira ces deux hommes, chacun finira par se dévoiler et racontera l’histoire de sa vie. Balzac nos fait ici une de ses plus belles fresques rurale et économique. Émotions et sentiments sont au rendez-vous.

Charles Marie Jean Jacques Genty naît le 17 juin 1876 au domicile familial de la place de la Porte-Neuve à Jargeau, dans le département du Loiret, ses parents étant Charles Marie Genty, peintre vitrier, et son épouse née Marie Cécile Nicolle, couturière1. Après avoir été l’élève du peintre français Fernand Cormon, Charles Genty est soldat de deuxième classe au 76e régiment d’infanterie à Orléans en 1896. Il illustre des journaux satiriques tels que Le Rire, Le Rire rouge, Ridendo, La Baïonnette, J’ai vu…, d’autres comme Les Annales politiques et littéraires… et de nombreux livres et textes. Il crée des affiches et expose ses peintures de scènes rurales et paysages marins à Paris. Passionné de marionnettes, il crée dans son atelier de la rue Saint-Vincent un petit théâtre de guignol où l’on joue notamment des pièces de Joseph Hémard. On reconnaît à Charles Genty le tempérament facétieux de ses dessins puisqu’avec André Warnod, Roland Dorgelès et Pierre Girieud, il est l’instigateur du fameux canular qui consiste, en protestation contre ce qu’ils estiment être les excès de l’art moderne, à faire accrocher au Salon des indépendants de 1910 le tableau Coucher de soleil sur l’Adriatique signé Boronali (anagramme d’Aliboron) qui fera date dans l’histoire du faux, en réalité peint sous constat d’huissier par la queue d’un âne devant le Lapin Agile. Le fait qu’il soit mobilisé pendant la Première Guerre mondiale joue un rôle dans sa dénonciation des « atrocités allemandes » où l’on retrouve des stéréotypes germanophobes issus de la guerre franco-allemande de 1870 que pour faire état de la vie du poilu dont il offre une vision déformée dans l’intention de faire drôle : « la guerre doit être drôle, la vie du front est croquée comme une suite de délassements de plein air, veine déjà traitée par la carte postale ». 

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LE MÉDECIN DE CAMPAGNE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *