Madame Bovary

MADAME BOVARY

Gustave FLAUBERT

Pour écrire Madame Bovary, Flaubert s’inspire d’un fait-divers rapporté par la presse de l’époque : le suicide d’une jeune bourgeoise mariée à un officier de province. Signe du succès du roman, l’héroïne, Emma, donnera son nom à un comportement, le bovarysme : un sentiment d’insatisfaction chronique et, son pendant, l’évasion dans les lectures et le rêve.
C’est d’abord un succès de scandale : lors de la publication en 1857, Flaubert et son éditeur sont jugés pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Ce n’est pas seulement la morale de son époque que Flaubert transgresse, le scandale vient aussi et surtout pour ses contemporains du renouvellement des structures formelles du genre romanesque.

110,00

Illustrations de Pierre ROUSSEAU

Editions Henri CYRAL, 1927
11ème titre de la "COLLECTION FRANÇAISE"

Exemplaire n° 375 sur Rives

Demi-chagrin vert à coins
Dos à 5 nerfs et caissons fleuronnés
Tête dorée
Couverture et dos conservés
Intérieur en parfait état

Remarque : Dos insolé

Le bibliophile recherche un livre pour le texte, pour l’illustration, pour la typographie et la qualité du papier. Les plus beaux livres sont le résultat d’une alchimie trouvée entre l’auteur, l’artiste et l’éditeur.

Gustave FLAUBERT

Gustave FLAUBERT

D’origine bourgeoise (père médecin), il a une enfance peu heureuse car il est délaissé par ses parents qui lui préfèrent son frère aîné. Il est néanmoins très proche de sa sœur cadette, Caroline. Il suit sa scolarité au lycée de Rouen dont il est renvoyé. Il passe...

lire plus
Pierre ROUSSEAU

Pierre ROUSSEAU

Pierre Rousseau (1903-1991) est l’illustrateur de l’ouvrage. De 1925 à 1962, il apporte sa contribution à de nombreux ouvrages. Il fut aussi peintre officiel de l’armée. Il a illustré plus de cent livres pour de nombreux éditeurs dont onze titres de la Collection...

lire plus
Editions Henri CYRAL

Editions Henri CYRAL

Henri Cyral commence par publier des articles dans la revue Le Monde colonial . De 1902 à 1912, il dirige la revue « La Vie coloniale », dans laquelle il publie des " romans coloniaux ", en feuilletons. Aucun de ces romans n’a donné lieu à publication en librairie,...

lire plus