MON AMIE NANE

280,00

Paul-Jean TOULET

CHAS LABORDE

ÉDITIONS DU NORD

Gravures en couleurs de CHAS LABORDE

Editions du Nord, 1930
10ème livre de la collection "LES GLOIRES LITTÉRAIRES"

Volume in-4° broché - 150 x 210 - 247 pages

Exemplaire nominatif n° 13 sur Japon impérial contenant une suite en couleurs sur Hollande et une suite en noir sur Chine

Intérieur en parfait état

Il faut loyalement avertir tout lecteur de ce joyau littéraire : il sortira de ce livre éperdument amoureux de Nane et pour longtemps. Nane c’est Paris, la beauté, l’esprit, la joie d’être jeune et adulée par les hommes. Nane c’est l’insouciance des fêtes, des salons, des spectacles, du tout-Paris bourgeois du début du XXème siècle. Mais Nane c’est, d’abord, une jeune femme issue du peuple et qui s’est hissée dans le monde avec ce que la nature lui avait donné de mieux, sa beauté. Elle fait commerce de son corps mais en demi-mondaine, comme on disait alors. 

 On a une succession de tableaux mettant Nane dans diverses situations, devant son miroir, chez sa mère, à Venise, lors d’un apéritif mondain. Une succession qui, irrésistiblement, fait penser au théâtre, si prisé alors sur les boulevards parisiens. Qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit point d’un « théâtre de boulevard » balourd et souvent trivial. Non, nous sommes plutôt du côté de Labiche, avec des dialogues pétillants, un humour souvent très drôle, des personnages décalés et toujours étonnants.

Chas Laborde, né Charles Laborde, le 8 août 1886 à Buenos Aires (Argentine) de parents français, et mort le 30 décembre 1941 à Paris, était reporter, peintre, graveur, dessinateur, humoriste et poète. Il a été l’un des grands artistes polyvalents de ce début de siècle, abordant avec le même regard enthousiaste et lucide tous les champs de la création littéraire comme picturale.

Ses amis s’appelaient Colette, Marcel Aymé, Paul Morand, Pierre Mac Orlan, Francis Carco, Gus Bofa Dignimont, Van Dongen, Ravel, Albeniz, Valéry Larbaud, Jean Giraudoux, Dufy… Il a illustré des œuvres d’Anatole France, qui venait de recevoir le prix Nobel, Colette avec ‘l’Ingénue libertine’ et les ‘Claudine’.

Homme de nature ouverte sur le monde et la vie, Colette dit de lui, après qu’il a illustré les “Claudine” : “Il a fait fleurir vingt de ces villages, avec ses couleurs d’un vert frais, d’un rose de tulle, l’un a son clocher, d’autres, un petit train, un file de peupliers, une maison, une volée de fillettes hors de l’école.”

Pierre Mac Orlan le rencontrait souvent sur la Butte Montmartre, son carnet de croquis dans la poche. Tel Toulouse Lautrec, on le voyait aux Folies Bergères, au Moulin Rouge. Au café de la Rotonde, à Montparnasse, avec ses amis Picasso, Derain, Kisling, Foujita et d’autres, il refait le monde. 

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MON AMIE NANE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *