PAUL ET VIRGINIE

180,00

BERNARDIN DE SAINT PIERRE

Maurice LELOIR

Librairie LAUNETTE & Cie

12 gravures sur bois hors-texte
et 120 dessins in-texte de Maurice LELOIR

Librairie artistique Launette & Cie, 1886

In-4° - 210 x 290 - 208 pages

Pleine percaline éditeur verte
Décors à la plaque dorée signée Paul SOUZE sur le premier plat et le dos
Décor estampé sur le deuxième plat
Tête dorée
Plats biseautés
Très bon état intérieur

Paul et Virginie décrit avec force les sentiments amoureux et la nostalgie du paradis perdu. L’auteur fut inspiré par ses amours déçues avec Françoise Robin. Au-delà du cadre exotique et de la description d’une société idyllique, Bernardin de Saint-Pierre expose dans ce roman sa vision pessimiste de l’existence.

Depuis leur toute petite enfance, Paul et Virginie se voient et sont élevés ensemble dès le berceau. Ils sont comme frères et sœurs. Leurs mères parlent déjà de leur mariage alors qu’ils sont encore petits et ils jouent tout le temps ensemble. Quand l’un des enfants était triste, on le faisait jouer avec l’autre. Quand on voyait un enfant, c’est que l’autre n’était jamais très loin. Ils sont très protecteurs l’un envers l’autre. A l’adolescence, Virginie va commencer à ressentir des sentiments envers Paul, elle comprend alors qu’elle en est amoureuse. Paul, cependant ne connait pas encore ce sentiment qui ne viendra pour lui que plus tard dans le livre lorsque Virginie partira en France.

Maurice Leloir, né le 1er novembre 1853 à Paris où il est mort le 7 octobre 1940, est un illustrateur, aquarelliste, dessinateur, graveur, écrivain et collectionneur français.

Fils et élève du peintre Auguste Leloir et de l’aquarelliste Héloïse Suzanne Colin fille du peintre Alexandre Colin, il expose tout d’abord au Salon des artistes français, dont il devient sociétaire. Il participe avec de nombreux autres peintres à l’École de Crozant dans les vallées creusoises.

Autour des années 1890, Maurice Leloir et ses élèves inondent le marché du livre d’images, inspirées de photographies, représentant avec exactitude les costumes et les attitudes du passé, très appréciées des bibliophiles. Illustrateur prolifique de livres, notamment pour enfants, comme le Richelieu de Théodore Cahu, de revues et d’éventails, il fonde la Société d’histoire du costume en 1907.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “PAUL ET VIRGINIE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *