LA RABOUILLEUSE

VENDU

Honoré de BALZAC

Ferdinand FARGEOT

MORNAY

MORNAY, 1931

Illustrations in et hors-texte de Ferdinand FARGEOT

56ème volume de la collection "Les Beaux Livres"

Exemplaire n°376 sur papier de Rives

Dimensions : 20,5X15,5 - 438 pages

Couverture et dos illustrés

Très bon état

 

Petite fille, la Rabouilleuse troublait l’eau des ruisseaux pour que son oncle braconnier pêche plus d’écrevisses. Jeune fille, Flore continue à «rabouiller.» Elle détourne la fortune d’un vieillard d’Issoudun au profit de son amant. Mais un plus fort survient, qui s’attribuera le produit de la pêche, le redoutable Philippe Bridau. Cet ex-lieutenant-colonel de l’armée impériale, le fils chéri d’Agathe, est devenu un affreux soudard qui mène sa vie privée comme une charge sur un champ de bataille. Ce parvenu dont la route est jonchée de cadavres, dépravé par le métier et la famille, les succès et les malheurs, est l’un des monstres les plus odieux de La Comédie humaine. C’est aussi l’un des personnages les plus forts. «Un tableau de maître,» disait Victor Hugo. Source : Le Livre de Poche.

Cette saga familiale a été placée en 2003 par le critique britannique Robert McCrum en 12e place des « 100 plus grands romans de tous les temps ».

Ferdinand Fargeot est un artiste peintre, affichiste, illustrateur, caricaturiste français né le 17 septembre 1880 à Lyon et mort le 15 novembre 1957 à Vienne (Isère).

Né à Lyon, il part suite à la mort de son père à Paris. En 1897, il étudie ainsi aux Arts Décoratifs. En 1900, Fargeot arrive à Lyon via le service militaire, où il s’installe travaille à l’usine pour en 1902 devenir rédacteur et dessinateur en Progrès. Il commence à exposer en 1906 à Lyon au salon d’automne de Lyon. Il fonde le groupe PAN. Il expose le Pavillon de presse de l’exposition internationale de Lyon en 1914. En 1917, il est affecté aux archives et documents de guerre, puis au musée du Val-de-Grâce. Pendant la Première Guerre mondiale, Fargeot réalise de très émouvants dessins de Poilus.

Après la guerre, il habite à Paris, où il réalise une exposition en 1922 chez Georges Petit. En 1923, il habite à Alger à la villa Abd-el-Tif, où il est influencé par le style orientaliste. Suite à cela, il expose plusieurs œuvres dans ce style. En 1926, il expose au Salon d’Automne à Paris. Il fonde le Salon de l’Art Décoratif Moderne en 1927, année il est fait chevalier de la légion d’honneur. Il réalise en 1933 la mosaïque extérieure de 200 m2 de la Bourse du travail de Lyon visite via la place Guichard. Il participe à l’exposition internationale de Paris. Suite à la Seconde Guerre mondiale, il part à Vienne en Isère.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LA RABOUILLEUSE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *