SCÈNES DE LA VIE DE BOHÈME

160,00

Henry MURGER

Joseph HÉMARD

Éditions René KIEFFER

Illustrations de Joseph HÉMARD

Edition Kieffer, 1921

Exemplaire n°440 sur vélin de cuve BFK de Rives

Volume in-8° - Dimensions : 135 x 205 - 427 pages

Reliure demi-maroquin vermillon à coins signée
Dos à 4 nerfs orné et décoré de 3 fleurons mosaïqués
Tête dorée
Couvertures et dos conservés

Complet de la reproduction d'un manuscrit original de Murger signé par tous les bohèmes habitués du café Momus présentant les doléances et revendications présentées par le "cénacle" au patron du dit café Momus. (Scène reproduite au chapitre XI)

Intérieur impeccable

Avec sa fantaisie, sa jeunesse, ses amours, mais aussi son pathétique, les Scènes de la Vie de Bohème ont été ce que l’on peut nommer aujourd’hui un « livre culte ». Henry Murger y dépeint les aventures artistiques et sentimentales d’une nouvelle génération qui aspire à faire de l’art mais dont la pauvreté les contraints à manger de la vache enragée. Ses personnages Mimi, Musette, Rodolphe, Marcel et Schaunard n’ont pas tardé à entrer dans l’imaginaire parisien qui s’est perpétué jusqu’au XXesiècle.Résultat de recherche d'images pour "scenes vie boheme film"

La locution Scènes de la vie… est une reprise de la règle d’organisation des romans qui répartit La Comédie humaine de Balzac en Scènes de la vie parisienneScènes de la vie de province, etc. Ce principe offre une grande liberté à Murger qui peut ainsi multiplier et croiser les aventures de ses personnages pour offrir une sorte de roman choral qui reste assez nouveau pour son époque.

Murger construit un légendaire que Puccini, après d’autres, a utilisé presque tel quel et initie le siècle au thème bohème qui va dès lors se décliner en une foule de romans, passant du Quartier latin à Montmartre pour arriver aux avant-gardes artistiques à Montparnasse.

Joseph Hémard (Les Mureaux 1880 – Paris 1961) est un illustrateur français. fut en son temps appelé « Maître de la Fantaisie », mais aussi « Prince des Humoristes ».
Il participe à l’illustration de nombreuses revues (Péle-Mèle, le Rire, le Sourire, le Hérisson etc.…) Sa première œuvre notable en 1912 fut « Trente Tableaux d’histoire de France ».
Après quatre années (1914-1918) passées comme prisonnier de guerre au camp de Gustrow, en Allemagne, où il croqua les nombreux militaires de nationalités diverses qui y séjournaient, il publia à son retour une œuvre couronnée par l’Académie Française : « Chez les Fritz ».
Ensuite ce fut l’illustration de nombreux ouvrages ( courants ou de luxe pour bibliophiles) Monsieur de Pourceaugnac, le Malade Imaginaire, Jacques le Fataliste, Micromégas, Cyrano de Bergerac, etc… Sa rencontre avec l’éditeur René Kieffer produira des créations d’ouvrages illustrés au pochoir (Micromegas, L’Homme aux 40 écus…). Il illustre La Guerre des boutons chez l’éditeur Mornay. Il conçoit, dans les années 20, des décors et des costumes pour des revues et des opérettes, décore aussi des assiettes, des vitrines, illustre des brochures publicitaires, décore des restaurants ( le Bar de l’Exposition Coloniale) et, à la fin de sa vie, diverses crèches de la banlieue parisienne (DRANCY , Bondy etc…). Il a aussi écrit des pièces pour le Théâtre de Guignol créé par Charles Genty, et participe aux dessins animés de Lortac.
Il exposa ses dessins et tableaux à différents salons ( Humoristes, Indépendants, Imagerie, Salon d’Automne) et expositions aussi bien en France ( exposition coloniale, exposition Universelle de 1937) qu’en Australie ou aux USA. L’Etat et la ville de Paris se sont portés acquéreurs de plusieurs œuvres de celui qu’Anatole France appelait « le plus spirituel de nos artistes contemporains ».
Joseph Hémard a publié son autobiographie en 1928.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “SCÈNES DE LA VIE DE BOHÈME”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *