Ivan TOURGUENIEV

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev est un écrivain russe issu d’une famille aisée. Son éducation est stricte. La figure de sa mère tyrannique sera, à plusieurs reprises, évoquée dans son œuvre. À l’âge de quinze ans, il est envoyé en pension à Moscou, puis il poursuit ses études à Saint-Pétersbourg.
En 1837, il rencontre Alexandre Pouchkine, édite la correspondance de ce dernier et traduit plusieurs de ses poèmes avec Mérimée et Flaubert. En 1843, il rencontre la célèbre mezzo-soprano Pauline Viardot avec laquelle il entretiendra une longue liaison. En 1852, ses écrits lui valent un mois de prison.
À la fin de l’année 1855, il reçoit le jeune Léon Tolstoï, alors officier, qu’il encourage à écrire. En 1857, il est de retour à Paris où il rencontre Prosper Mérimée, écrit les préfaces de “Pères et Fils” et de “Fumée” et traduit plusieurs récits. En 1860, il écrit “Premier amour”.
Son roman le plus célèbre est “Pères et Fils”, qui met notamment en scène des nihilistes – dénomination qu’il popularise – et auxquels il oppose le « héros positif ». Tourgueniev devient peu à peu un des chefs de file du courant occidentaliste qui s’oppose aux slavophiles. Élu vice-président au Congrès international de littérature en 1875, aux côtés de Victor Hugo, il conforte sa notoriété. Il reçoit d’ailleurs un accueil chaleureux lors d’un retour en Russie.
Il meurt d’un cancer de la moelle épinière dans les bras de Pauline Viardot. (Source : Babelio)