VOLTAIRE

François-Marie Arouet est originaire d’un milieu bourgeois. Il fait de brillantes études chez les jésuites de Louis-Le-Grand. Des vers irrévérencieux l’obligent à rester en province, puis provoquent son incarcération à la Bastille (1717). Une altercation avec le chevalier Rohan-Chabot le conduit à nouveau à la Bastille, puis le contraint à un exil de trois ans en Angleterre. Au contact des philosophes d’Outre-Manche où la liberté d’expression était alors plus grande qu’en France, il s’engage dans une philosophie réformatrice de la justice et de la société.
De retour en France, Voltaire poursuit sa carrière littéraire avec pour objectif la recherche de la vérité et de la faire connaître pour transformer la société. Il écrit des tragédies (“Zaïre”, “La mort de César”…) et, avec moins de succès, des comédies (“Nanine”). 
Des poèmes officiels lui permettent d’entrer à l’Académie Française et à la Cour comme historiographe du roi en 1746. Cependant “Zadig” l’oblige à s’exiler à Potsdam sur l’invitation de Frédéric II de Prusse, puis à Genève. Voltaire s’installe définitivement à Ferney, près de la frontière Suisse, où il reçoit toute l’élite intellectuelle de l’époque tout en ayant une production littéraire abondante.
En 1759, Voltaire publie “Candide”, une de ses oeuvres romanesques les plus célèbres et les plus achevées. S’indignant devant l’intolérance, les guerres et les injustices qui pèsent sur l’humanité, il y dénonce la pensée providentialiste et la métaphysique oiseuse. Il combat inlassablement pour la liberté, la justice et le triomphe de la raison (affaires Calas, Sirven, chevalier de la Barre…). En 1778, il retourne enfin à Paris, à l’Académie et à la Comédie Française, mais épuisé par son triomphe, il y meurt peu de temps après.