ADOLPHE

135,00

Benjamin CONSTANT

Hermine DAVID

Fernand HAZAN

Illustrations de Hermine DAVID

Fernand Hazan, 1948

Un des 25 exemplaires (n° XIX) sur vélin du Marais avec une suite

Broché sous couverture rempliée, chemise et étui en carton gaufré

Intérieur impeccable

14 pointes-sèches protégées par serpentes

In-8° - 127 pages

Dimensions : 145 x 230

Collationné

Remarque : Boitier frotté

Adolphe raconte l’inexorable décomposition d’une relation amoureuse. Après avoir séduit Ellénore par vanité plus que par amour, Adolphe ne parvient ni à rompre ni à aimer. Son indécision, entre sincérité et mauvaise foi, ainsi qu’une sorte de sadisme mêlé de compassion, précipiteront la course à l’abîme de ce couple fatal. Échappé comme par mégarde de la plume de Constant pour se divertir de ses déboires sentimentaux avec Charlotte de Hardenberg et Madame de Staël. Adolphe est un chef d’œuvre du roman d’analyse.

Hermine David, de son vrai nom Lionnette Cartan est peintre et graveuse, notamment pour des ouvrages de bibliophilie (plus de 70). 
Sa mère disait l’avoir eu avec un prince de Hapsbourg. Elle la quitte à 16 ans, suit les cours Julian et en 1906 participe au premier salon des femmes peintre. Sa production lui assure déjà un statut d’artiste reconnue.
Elle rencontre la même année Jules Pascin et s’immisce dans la bande de l’Ecole de Paris. Pascin devient son mentor et amant, mais entame, en parallèle, une liaison avec Lucy, modèle pour Albert Marquet. Pourtant, lorsqu’en 1914 la guerre contraint Pascin à quitter la France, c’est Hermine David qui le suit aux États-Unis. Les deux peintres se marient à New York en 1918. En 1920, à la suite des frasques de Pascin, le couple rentre en France et finit par se séparer. Pascin reprend sa liaison avec Lucy, désormais mariée au peintre Per Krogh, mais soutient toujours le travail d’Hermine David qui enchaîne les expositions : Salon d’Automne, Salon des Indépendants, galerie Weil. 
Usée par ces années folles qui pourtant la consacrent, Hermine David quitte un temps Paris et développe ses talents de paysagiste en voyageant en France et en Espagne. En 1930, Pascin se suicide, laissant un mot à Lucy. Deux ans après, Hermine David reçoit la Légion d’Honneur. Elle ne cessera jamais de produire (peinture, gravures, émaux). 

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “ADOLPHE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *