CLOCHEMERLE

90,00

Gabriel CHEVALLIER

Lucien BOUCHER

Éditions RIEDER

Illustrations très colorées et fraîches de Lucien Boucher

Editions Rieder , 1936

Exemplaire n° 983 sur vélin Vincent Montgolfier
Première édition illustrée

Reliure demi-basane fauve à coins

Dimensions : 205 X 260

298 pages

Intérieur impeccable

Remarque : Une illustration désolidarisée

Le roman commence quand Barthélemy Piéchut, le maire de la commune de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoile à Ernest Tafardel, l’instituteur, son projet : « Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. […] Enfin, dit-il, une pissotière ! »Résultat de recherche d'images pour "clochemerle film"

Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre madame la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu’à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, est édifiée tout près de l’église où Justine Putet, vieille demoiselle, exerce une surveillance étroite.L’histoire qui démarre alors, riche en rebondissements, sera l’occasion de caricaturer avec verve et justesse la société française de l’époque : riches, pauvres, clergé de campagne et prélats, politiques locaux et ministres, fonctionnaires, militaires, paysans et nobles, hommes comme femmes en prennent pour leur grade.

Sous des apparences de gauloiserie, l’auteur laisse voir sa vision de la société et transparaître son caractère de libre penseur. Il dénonce l’hypocrisie, l’arrivisme et la corruption que les vignerons de Clochemerle, des gens simples, subissent et finissent par surmonter grâce à leur bon sens (et au vin de Beaujolais!).

Lucien Boucher (1889-1971) est un dessinateur, graveur, affichiste et illustrateur, qui a notamment dessiné de nombreuses cartes.

Né à Chartres, comme nombre de dessinateurs de sa génération, il fait ses débuts comme caricaturiste en dessinant pour la revue Le Rire, aux côtés de G. Pichard ou d’A. Dubout. Il participera également à plusieurs numéros de Fantasio.

Il participe à la renaissance du livre illustré après la première guerre mondiale en travaillant parmi d’autres pour l’éditeur Marcel Seheur, pour lequel il illustre La Batrachomyomachie (Paris, 1920) ou Boutiques de la foire, de Pierre Mac Orlan (1926) – il illustrera plusieurs œuvres de cet auteur en édition originale –, pour les Éditions du Trianon, pour lesquelles il illustre les Poésies de François Villon (Paris, 1930), et pour A. & G. Mornay (Axelle, de P. Benoît, en 1932).

Parallèlement, il poursuit une carrière d’affichiste pour le cinéma (Le Colysée, Jean de Merly), la mode (Agnès, Gastinay, Au Printemps), ou pour la banque (Crédit lyonnais), pendant les années 1920-1930, ce qui l’amène à travailler pour Air France (en 1938 ?) : il réalise pour cette compagnie des affiches de réclame, mais surtout les planisphères en couleurs qui décorent les bureaux de vente, à travers une collaboration qui durera jusque pendant les années 1960.

Artiste fécond, il compte une cinquantaine d’illustrés à son actif.

Entre cubisme et symbolisme, son style est caractérisé par un trait épais, des formes simples et l’usage conjoint de la ligne continue et des à-plat de couleurs très contrastés.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “CLOCHEMERLE”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *