LES ORAISONS AMOUREUSES DE JEANNE AURÉLIE GRIVOLIN

230,00

Roger PILLET

Sylvain SAUVAGE

Éditions du MOUSTIÉ

Illustrations d'Espérance (pseudonyme de Sylvain Sauvage)

Editions du Moustié, 1948

Exemplaire n°75 sur Marais pur fil contenant une suite en noir et 4 planches en couleurs refusées car jugées trop libres

Reliure maroquin rouge signée FRYNS

Filet doré encadrant sur les plats un papier cartonné décoré s'une composition en noir et rouge

Tête dorée

In-8° - 150x220 - 159 pages

Intérieur en très parfait état

Couverture et dos conservés

Félix Roy, dit Sylvain Sauvage, vient d’une famille d’architectes, il est né à « Baume les messieurs » dans le Jura le 8 mai 1888 et mort à Paris en janvier 1948. Il est à la fois un illustrateur et technicien du livre français. Il passe par l’école des Beaux-Arts en architecture et se consacra principalement au dessin d’illustration et à la gravure. Sa carrière commença véritablement pendant les années vingt et son travail fut particulièrement remarqué lors de l’exposition internationale des arts décoratif à Paris en 1925. Il a été exposant du Salon des artistes décorateurs et directeur de l’Ecole Estienne à partir de 1934 jusqu’à sa mort.

Revenu de la guerre, il se lance dans le livre illustré grâce à l’éditeur Kieffer, qui lui confie l’illustration de L’Ingénu de Voltaire en 1922. Il collabore avec Mornay, Jonquières et Crès, avant de prendre la décision de préserver son indépendance créatrice en devenant son propre éditeur en 1925.

Pour le bonheur des bibliophiles Il est un des acteurs de de la renaissance du livre illustré après la première Guerre mondiale (aux côtés de G. Barbier, A.-E. Marty et F.-L. Schmied). Il a illustré de nombreux ouvrages, où son travail excelle dans des scènes à l’érotisme léger, on remarquera que les femmes de Sylvain Sauvage sont peu farouches et toujours raffinées.

Les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs, La Leçon d’amour dans un parc et Les Nouvelles leçons d’amour dans un parc, de René Boylesve, et Candide de Voltaire… La pureté de son trait, rendue en eau-forte ou en gravure sur bois et associée à la technique du pochoir, ont fait de lui un des illustrateurs emblématiques du livre Art Déco. Il a également travaillé sous les pseudonymes de Jacques Tournebroche, d’après le personnage d’Anatole France (dont il a illustré l’œuvre au début de sa carrière) et d’Espérance.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LES ORAISONS AMOUREUSES DE JEANNE AURÉLIE GRIVOLIN”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *