PROVENCE

70,00

Jean GIONO

Jacques THÉVENET

LA BELLE ÉDITION

Illustrateur : Jacques THÉVENET
La Belle Édition, sd
Edition originale de l’ensemble des textes de Jean Giono sur la Provence
In-8° – 178 pages
Dimensions : 155 x 210
Exemplaire n° 871 sur vélin de Lana
Reliure demi-chagrin brun
Dos à 4 nerfs
Couverture conservée
Intérieur impeccable

Remarque : Dos insolé

«Giono a beau se défendre d’être un écrivain provençal, il a trop habité la Provence et est trop habité par elle pour résister à ceux qui lui demandent d’en parler. Toute sa vie, il a ainsi écrit de courts essais, des préfaces, des articles. Ce sont eux qui sont réunis dans ce recueil. La Provence n’est plus ici le lieu, à demi transformé par l’imaginaire, où il a situé le plus grand nombre de ses romans. Le but, dans ces essais, est de la montrer telle qu’il la connaît et telle qu’il la voit, c’est-à-dire très souvent à l’opposé des poncifs qui se sont accumulés sur elle. De ce pays, Giono donne une vision renouvelée par l’acuité de son observation, par son sens des couleurs et le bonheur de ses images. […] Mais qu’on ne s’attende pas à trouver en Giono un guide touristique. La vision qu’il donne de la Provence est inséparable des personnages et des histoires qu’il y a fait vivre dans son œuvre de fiction. Cela est si vrai qu’elle évolue en même temps que cette œuvre. La Provence que montre Giono dans les années 50 et 60 n’est plus celle qu’il montrait avant la guerre. Lire à la suite ces textes écrits sur la Provence à divers moments, c’est embrasser d’un coup le parcours si particulier de cette œuvre.» Henri Godard.

Jacques Thévenet naît en 1891 à Dommartin dans la Nièvre. Il fait ses études au lycée Carnot à Paris, entreprend des études de droit et fréquente l’atelier de l’Académie Julian. En 1912, il effectue son service militaire à Nancy jusqu’en 1914. Il est mobilisé pour la Grande Guerre, où il sera blessé par deux fois et obtiendra une médaille. Après la guerre, il entre à l’atelier de Marcel Mathelin, ensemblier décorateur, qui l’initie à l’encre de chine et à la lithographie. Il réalise des projets de costumes pour le théâtre et le cinéma, des décors de magasin, des croquis de mode.

Il expose pour la première fois au Salon d’automne de 1920, dont il devient sociétaire. C’est à cette époque qu’il subit l’influence d’André Dunoyer de Segonzac, et peint des natures mortes et des figures. Il fait la connaissance du critique d’art Roger Allard qui le présente chez Gallimard, où il dirigeait l’édition d’ouvrages de luxe. C’est par lui qu’il a la possibilité d’approcher Antoine de Saint-Exupéry, Jules Romain, Jacques de Lacretelle, Roger Martin du Gard, Léon-Paul Frague et d’autres pour qui il travailla également. En mai 1930, il part rendre visite à  Jean Giono à Manosque pour mettre au point l’illustration de Un de Baumugnes et ils sympathisent. Il décide de s’installer à Marseille et va y rester dix ans, remontant à Paris pour les affaires. Il se lie d’amitié avec Marcel Pagnol que Giono lui a présenté. Son atelier reçoit la visite de Maurice Chevalier, Paul Signac, et Philippe de Rotschild. En 1945, André Malraux conseille à Roger Martin du Gard de faire appel à Thévenet pour illustrer de soixante aquarelles et huit dessins de son roman Les Thibault, qui sera édité par Gallimard. Colette, lui commande l’illustration de Bella-Vista qui paraît aux Éditions de la galerie Charpentier. De son nouveau voyage en Italie avec Jean Giono à l’été 1957, il rapporte de nombreux dessins et exécute des illustrations pour Giono et Jean Rostand. En 1958, il réalise la nouvelle illustration de Rémi des Rauches de Maurice Genevoix, dont le cousin germain André Genevoix a épousé Madeleine, la sœur de Jacques. Il meurt en 1989 à son domicile parisien.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “PROVENCE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *