COLETTE

Colette, de son vrai nom Sidonie-Gabrielle Colette, est une femme de lettres française, connue surtout comme romancière, mais qui fut aussi mime, actrice et journaliste. À l’adolescence, elle rencontre Henry Gauthier-Villars (1859-1931), surnommé « Willy », avec qui elle se marie le 15 mai 1893 à Châtillon-Coligny. Auteur de romans populaires, Willy introduit Colette dans les cercles littéraires et musicaux de la capitale. Il repère rapidement les talents d’écriture de sa jeune épouse et l’engage à rédiger ses souvenirs d’école, qu’il signe de son nom sous le titre “Claudine à l’école”.
Ce roman marque les débuts d’un grand écrivain, Colette, déjà en possession de son style et de son ton. Mais il faut attendre 1905 pour qu’elle publie son premier roman en son nom, “Dialogues de bête”, mettant fin à son mariage et à la série des Claudine.
Divorcée et émancipée, Colette écrit “Mes apprentissages”, rapporte ses années de théâtre et de music-hall dans “Mitsou” ou “La Vagabonde”. Puis elle devient journaliste au Matin, dont elle épouse le rédacteur en chef, Henry de Jouvenel, qui lui donnera une fille, Bel Gazou.
Elle est élue membre de l’Académie Goncourt en 1945 et en devient la première femme présidente en 1949.
Le gouvernement français fit à Colette des obsèques nationales ; mais parce qu’elle avait eu des liaisons homosexuelles affichées, qu’elle s’était exhibée demi nue sur des scènes de music-hall, qu’elle était tombée amoureuse de son beau fils de 17 ans et que son dernier mari avait 17 ans de moins qu’elle, l’archevêque de Paris refusa catégoriquement que soit célébré un service religieux à l’église st Roch. (Source : Babelio)