AXELLE

150,00

Pierre BENOIT

Lucien BOUCHER

MORNAY

Illustrations de Lucien BOUCHER

Editions MORNAY, 1932

Exemplaire n°221 sur vélin de Rives

Volume in-8° - Dimensions : 160 x 205 - 412 pages

Reliure plein maroquin du Cap chocolat signée manuscritement M. DESWARTE
Dos à 4 nerfs
Plats à décor de filet à froid et de carrés verts mosaïqués
Tête dorée
Couvertures et dos conservés

Intérieur impeccable

Remarque : Plats un peu gauchis

Pierre Dumaine est un jeune soldat français qui a été fait prisonnier par les Allemands dès le début de la Grande Guerre. Durant l’hiver 1917, l’Allemagne n’acceptant pas que la France envoie ses prisonniers au Maroc, il est envoyé en camp de « représailles » avec d’autres soldats en Prusse orientale près de la mer Baltique.

Il rencontre Axelle suite à un petit incendie sans gravité. Tombant amoureux d’elle, il essaye d’en apprendre plus sur son passé à travers de nombreuses sources. Distante, elle ne s’ouvre à lui qu’après de nombreuses semaines, n’étant jamais pleinement épanouie. Malheureusement, deux nations ennemies les séparent ainsi que sa promesse de mariage avec Dietrich, toujours au front. Cet amour évolue toutefois à travers tout le roman. Pierre Benoit évite cependant toute description explicite, jouant avec l’implicite.

À travers les pages, la guerre reste le fil conducteur, le lecteur sachant pertinemment comment elle se termine. Si les Allemands croient à une victoire finale rapidement, les choses en voudront autrement. Ceci aura un impact jouant important sur l’histoire d’amour entre P. Dumaine et Axelle ainsi que sur l’état de santé physique et mental du général.

Au-delà de cette histoire d’amour, Axelle représente aussi le quotidien de prisonniers français durant la Première Guerre mondiale, de la désuétude en Allemagne ainsi que des sacrifices familiaux endurés. Il s’agit également d’un roman résolument pacifiste vantant l’entente franco-allemande.

Lucien Boucher (1889-1971) est un dessinateur, graveur, affichiste et illustrateur français, qui a notamment dessiné de nombreuses cartes.

Né à Chartres, comme nombre de dessinateurs de sa génération, il fait ses débuts comme caricaturiste en dessinant pour la revue Le Rire, aux côtés de G. Pichard ou d’A. Dubout. Il participera également à plusieurs numéros de FantasioIl participe à la renaissance du livre illustré après la première guerre mondiale en travaillant parmi d’autres pour l’éditeur Marcel Seheur, pour lequel il illustre La Batrachomyomachie (Paris, 1920) ou Boutiques de la foire, de Pierre Mac Orlan (1926) – il illustrera plusieurs œuvres de cet auteur en édition originale –, pour les Éditions du Trianon, pour lesquelles il illustre les Poésies de François Villon (Paris, 1930), et pour A. & G. Mornay (Axelle, de P. Benoît, en 1932). Parallèlement, il poursuit une carrière d’affichiste pour le cinéma (Le Colysée, Jean de Merly), la mode (Agnès, Gastinay, Au Printemps), ou pour la banque (Crédit lyonnais), pendant les années 1920-1930, ce qui l’amène à travailler pour Air France (en 1938 ?) : il réalise pour cette compagnie des affiches de réclame, mais surtout les planisphères en couleurs qui décorent les bureaux de vente, à travers une collaboration qui durera jusque pendant les années 1960. Artiste fécond, il compte une cinquantaine d’illustrés à son actif.

Entre cubisme et symbolisme, son style est caractérisé par un trait épais, des formes simples et l’usage conjoint de la ligne continue et des à-plat de couleurs très contrastés.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “AXELLE”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *