BELLE PLANTE ET CORNÉLIUS

180,00

Claude TILLIER

André DESLIGNÈRES

MORNAY

Editions Mornay, 1921

Illustrations de André DESLIGNÈRES

Belle reliure demi-maroquin vert bouteille à coins signée BLANCHETIÈRE -  sans défaut

Dos à 5 nerfs

Tête dorée

Exemplaire n° 498 sur papier de Rives

7ème titre de la collection "Les Beaux Livres"

In-8° - 289 pages - 155 x 205

Couverture et dos conservés

Intérieur impeccable

Le premier ouvrage de Claude Tillier (1801-1844), instituteur, journaliste et pamphlétaire, paru en 1841.
Roman de mœurs provinciales, à intentions philosophiques. Les héros sont deux frères, héritiers d’un riche hobereau de campagne, qui crut pourvoir à leur éducation en les confiant à un maître, charlatan et ivrogne. L’un, Belle-Plante, est avide, avare jusqu’à la ladrerie et fermé à tout appel du sentiment ; il ne songe qu’à accumuler de l’argent, à dépouiller son frère ou toute autre personne quand il en a l’occasion. L’autre, Cornélius, est exactement l’opposé : généreux, rêveur, adonné à des études philosophiques, il dépense le peu qu’il possède en expériences utopiques et en générosités irréfléchies. Aidé de Louise, bonne et pleine de bons sens, il mène à bien son invention : un aérostat dirigeable, qui devra lui procurer la richesse et grâce auquel il obtiendra pour son mariage avec Louise, le consentement, tant souhaité, du père de la jeune fille…
On voit apparaître à la fin du livre le personnage de l’oncle de Claude Tillier, héros de Mon oncle Benjamin, son roman le plus connu, publié en 1843.

Né à Nevers en 1880, André Deslignères, mène de front dès 1905, une carrière de peintre, aquarelliste et graveur. À cette époque qui est celle d’une grande agitation artistique, le graveur remporte, tant avec ses estampes qu’avec ses illustrations de livres, des succès réels et brillants. Que d’auteurs lui doivent l’illustration vivante de leurs ouvrages. Il a imaginé Les Amours Jaunes de Tristan Corbière, Rémi des Rauches de Maurice Genevoix ou la Maison de Claudine de Colette. C’est sans aucun doute par le burin que le talent de Deslignères s’est le mieux exprimé.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “BELLE PLANTE ET CORNÉLIUS”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *