COLLINE

VENDU

Jean GIONO

André COLLOT

LA BELLE ÉDITION

12 gravures hors-texte de André COLLOT
La Belle Édition, sd
In-8° – 146 pages
Dimensions : 155 x 210
Exemplaire n° 871 sur vélin de Lana
Reliure demi-chagrin brun
Dos à 4 nerfs
Couverture conservée
Intérieur impeccable

Remarque : Dos insolé

Un débris de hameau où quatre maisons fleuries d’orchis émergent de blés drus et hauts. Ce sont les Bastides Blanches, à mi-chemin entre la plaine et le grand désert lavandier, à l’ombre des monts de Lure. C’est là que vivent douze personnes, deux ménages, plus Gagou l’innocent.
Janet est le plus vieux des Bastides. Ayant longtemps regardé et écouté la nature, il a appris beaucoup de choses et connaît sans doute des secrets. Maintenant, paralysé et couché près de l’âtre, il parle sans arrêt, « ça coule comme un ruisseau », et ce qu’il dit finit par faire peur aux gens des Bastides. Puis la fontaine tarit, une petite fille tombe malade, un incendie éclate. C’en est trop ! Le responsable doit être ce vieux sorcier de Janet. Il faut le tuer…
Dans ce roman, d’un genre nouveau, un hameau doit expier les crimes que les hommes ont commis contre la Terre. Giono, avec ce premier roman, a inventé une forme d’écriture nouvelle en utilisant le langage des hommes de la campagne. Ce style d’écriture se retrouvera dans les deux livres qui compléteront la Trilogie de Pan (Un de Baumugnes-Regain).

André Collot, (1897-1976), est un peintre, graveur et illustrateur.

Prolifique, reconnu pour ses illustrations de livres grivois et érotiques dès 1931, il a exposé au Salon d’automne et au Salon des artistes indépendants en 1942 et en 1943.

Avant et après la  Seconde Guerre mondiale, il produisit une grande quantité d’illustrations (eaux fortes, gravures sur verre, bois), parfois pour des ouvrages non datés et édités de façon clandestine.

Les plaisanciers et les amateurs de littérature maritime n’oublient pas qu’il fut l’ami et l’équipier de l’écrivain Jacques Perret dont il illustra bon nombre de livres, notamment le drolatique rôle de plaisance journal de bord d’une improbable croisière entre Honfleur et Santander (mais qui se termine en queue de poisson quelque part devant  Cherbourg) à bord du Matam, le petit voilier que l’écrivain-polémiste avait acheté avec l’argent du prix Interallié.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “COLLINE”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *