Les batisseurs de pont

LE MARTYRE DE L’OBÈSE

Henri BÉRAUD

Ce roman fut à l’origine une nouvelle frivole, de commande, qui se charpenta et devint volumineuse; elle obtint, en 1922, le prix Goncourt avec un autre roman, plus sérieux, “Le vitriol de lune”. C’est l’histoire d’un “gros” tombé amoureux d’une femme, belle mais sotte, qui quitte son mari qui la trompe. Le narrateur raconte ses amours contrariés avec humour sans trop se prendre au sérieux.

« Vous me demandez si je fais partie des Cent kilos? Oui, messieurs, et je m’en flatte. C’est une assemblée d’hommes sages, la dernière sans doute où l’on se réunit pour la joie de s’entre-regarder. Voilà un plaisir que les maigres ne connaissent pas ; ils vivent dans l’aigreur et dans la crainte. » Henri Béraud

110,00

Orné de vignettes spécialement dessinées par P. ALBRIZIO

Editions René KIEFFER, 1925

Exemplaire de tête n° 34/50 sur Japon

Demi-chagrin fauve à coins
Dos à 5 nerfs
Tête dorée
Couverture et dos conservés
Ex-libris au 1er contre-plat
Intérieur en parfait état

Incipit

Cette bière est excellente.

Henri BÉRAUD

Henri BÉRAUD

Henri Béraud est un romancier et journaliste français. En tant que polémiste, il signait également du pseudonyme de Tristan Audebert. Né d’un père boulanger, il emploie sa juvénile énergie à de nombreuses activités : poète débutant, fondateur de revues éphémères,...

lire plus
Editions René KIEFFER

Editions René KIEFFER

René Kieffer (1876-1963) est un relieur d’art qui a exercé son métier pendant toute la première moitié du xxe siècle. D’abord disciple de Marius-Michel, il adopte le style Art Déco dans les années vingt. De 1919 à 1923, il exécute les reliures que dessine Pierre Legrain pour...

lire plus