LES JUMEAUX DE VALLANGOUJARD

70,00

Georges DUHAMEL

BERTHOLD-MAHN

Paul HARTMANN

60 dessins en noir et en couleurs de BERTHOLD-MAHN

Paul Hartmann, Editeur, 1931

EDITION ORIGINALE

Tirage limité à 325 exemplaires
Exemplaire n°119 sur vélin de Rives

Broché sour couverture rempliée
In-4 - 109 pages - Dimensions : 220 x 285

Très bel état intérieur sans rousseurs

Les jumeaux de Vallangoujard ont été écrits par Georges Duhamel pour ses enfants, ses neveux et nièces. Tous passaient les vacances à Valmondois dans un vaste parc que Berthold Mahn a dessiné très précisément. Berthold Mahn s’est probablement amusé à croquer Georges Duhamel lui-même, avec ses lunettes et son crâne dégarni, pour représenter le docteur Clément, personnage qui peut être considéré comme le porte-parole de l’auteur. À l’humour du texte s’ajoute celui des illustrations. La collaboration entre Georges Duhamel et Berthold Mahn remonte à leur jeunesse, au temps de l’abbaye de Créteil, dans les années 1906-1908. Avant Les jumeaux de Vallangoujard, Berthold Mahn avait illustré plusieurs livres de Georges Duhamel, notamment la série des Salavin, création majeure de l’œuvre de l’écrivain. En demandant à Duhamel d’écrire un livre pour la jeunesse, Paul Hartmann ne semble pas avoir eu d’autres possibilités que de choisir Berthold Mahn pour illustrer le texte. Cette collaboration serait donc plus une histoire d’amitié que la marque d’une réelle modernité. 

Berthold Charles Désiré Mahn, dit Berthold Mahn est un peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français.
Fils d’immigré silésien et aîné de quatre enfants, il travaille en usine tout en suivant le soir des cours de dessin. Il a la chance de valoriser ses dons au service militaire: employé à orner les tableaux de service, puis à peindre des décors, il échappe aux exercices, dessine le portrait de ses camarades et réalise sa première lithographie sur une pierre empruntée à la presse du régiment. Surtout, il devient l’ami du peintre Albert Gleizes, qui l’encourage dans la voie artistique et le met en contact avec les membres de l’Abbaye de Créteil, communauté d’artistes fondée par Georges Duhamel et Charles Vildrac. Il restera en contact avec eux toute sa vie. En 1919, il réalise, pour Duhamel, le frontispice de «Civilisation»: c’est son premier pas dans la carrière d’illustrateur. Il multiplie les portraits, sensibles et subtils. Parallèlement, il peint, dans des tonalités sombres, et se rattache au groupe de la Jeune peinture française qu’animent Derain et Othon Friesz.
En 1926, ses lithographies pour le roman de Duhamel «Deux hommes» lui valent d’emblée la notoriété. Les commandes aisées. Il illustre ensuite le cycle des Pasquier et celui des Thibault de Martin du Gard, les comédies de Shakespeare, les Bucoliques de Virgile, les poèmes de Chénier ou Le Silence de la Mer de Vercors.
Dans les années soixante, il entreprend la rédaction de ses Souvenirs.

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LES JUMEAUX DE VALLANGOUJARD”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *