MADAME BOVARY

70,00

Gustave FLAUBERT

Pierre NOËL

Librairie GRÜND

Illustrations hors-texte en couleurs et in-texte en noir de Pierre NOËL

Librairie Gründ, 1941
1er volume de la collection "MAZARINE"

Volume in-8° - 200 x 240 - 402 pages

Exemplaire n°1615 sur alfa de Navarre

Reliure demi-maroquin bordeaux à coins
Pièce de titre en maroquin rouge
Intérieur en très bon état
Couverture et dos conservés

Pour écrire Madame Bovary, Flaubert s’inspire d’un fait-divers rapporté par la presse de l’époque : le suicide d’une jeune bourgeoise mariée à un officier de province. Signe du succès du roman, l’héroïne, Emma, donnera son nom à un comportement, le bovarysme : un sentiment d’insatisfaction chronique et, son pendant, l’évasion dans les lectures et le rêve.
C’est d’abord un succès de scandale : lors de la publication en 1857, Flaubert et son éditeur sont jugés pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Ce n’est pas seulement la morale de son époque que Flaubert transgresse, le scandale vient aussi et surtout pour ses contemporains du renouvellement des structures formelles du genre romanesque.

Pierre Noël est un peintre de Marine et illustrateur, né le 23 mai 1903 à Troyes et décédé le 29 octobre 1981.

En 1927, Pierre Noël commence sa carrière en réalisant les illustrations en couleur de “La Connestable ” de Balzac pour l’éditeur relieur Kieffer. En 1928, il illustre “Thomas l’Agnelet ” de Claude Farrère aux éditions Mornay. Ce dernier titre lui vaut le succès et la reconnaissance du monde de l’édition. Guy Arnoux, peintre de la Marine, lui reprochant néanmoins, dans cet ouvrage, des erreurs du point de vue naval, cela incita Pierre Noël à pousser encore plus sa recherche de documentation. Toujours aux éditions Mornay, en 1930 Pierre Noël illustre “Salammbô ” de Flaubert. Ces trois titres peuvent être considérés comme les chefs d’œuvre de l’illustrateur tant par le dessin, la précision que la couleur. Entre 1927 et 1937 Pierre Noël travaille également pour les éditions du Pot Cassé, il en illustre six titres, ce sont ses premiers bois gravés. Pour réaliser ses illustrations, le peintre s’attachait à ne pas trahir la pensée de l’écrivain. Il couvrait le texte d’annotations et consultait les auteurs lorsque ceux ci étaient encore de ce monde (La Varende, Sacha Guitry, …). Ce sont ensuite plus d’une centaine d’ouvrages que Pierre Noël va illustrer tout au long de sa carrière et cela dans tous les domaines de la littérature et pour un nombre important d’éditeur. Pour la littérature classique et moderne, il illustre par exemple, chez Maximilien Vox, “Conversations entre 11H et minuit ” de Balzac, pour lesquels Marthe Noël réalise les bois gravé. Très demandé, il travaille pour les éditions Neveu Prunier, Martel, Gründ, Chamontin, La Nouvelle France, Simon, Nillson, Vents Alizés, Hazan, Editions de France, Athéna, Plon, Grasset, Berger Levrault, Sudel….

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MADAME BOVARY”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *