MIMI PINSON

50,00

Alfred de MUSSET

André DIGNIMONT

Librairie GRÜND

Illustrations de André DIGNIMONT

Librairie GRÜND, 1941
2nd volume de la collection "MAZARINE"

Reliure demi-maroquin rouge à coins
Excellent état intérieur
Couverture et dos conservés
Tête rose

Exemplaire n°2735 sur alfa de Navarre

Deux étudiants en médecine à Paris, Eugène et Marcel, sont amis malgré leurs caractères opposés. Eugène est timide, travailleur et chaste, Marcel, plus âgé, est un bon vivant, chahuteur et insouciant. Eugène ne sort jamais et passe son temps à rêver, Marcel mène une vie de bohème, le soir, dans les cafés à la mode et les théâtres. Bientôt, grâce à la conspiration de ses amis, Eugène est amené à rencontrer des jolies grisettes, rieuses, insouciantes et frivoles.

Il est surtout attiré par l’une d’elles, Mimi Pinson, qui chante comme l’oiseau. Ce sont des petites mains qui travaillent pour les grands couturiers. Elles sont pauvres , mais elles sont fières, font toujours bonne figure et sont toujours prêtes à chanter et à danser.

Un soir où Marcel organise une grande fête : on chante, on boit, on rit. Mimi casse une assiette et, en se servant des morceaux comme de castagnettes, chante sa fameuse chanson, la chanson de Mimi Pinson. On se sépare au matin.

Avec ce conte paru en 1845, Alfred de Musset aborde le thème de la grisette qui est alors une figure de la vie parisienne. Une Grisette est une jeune fille de basse condition, coquette et galante, ainsi nommée parce qu’autrefois les filles de petite condition portaient de la grisette (étoffe grise de peu de valeur).

André Dignimont (1891-1965) est un illustrateur et peintre et graveur français, « figure notable de Montmartre». Fils d’un négociant en vins, André Dignimont est d’abord élève chez les Oratoriens du Collège de Juilly avant d’effectuer des études de langue en Angleterre. Le retour en France en 1911 le conduit à sept années de régiment: trois années de service militaire, quatre années de guerre. André Dignimont est ensuite l’élève de Tony Robert-Fleury à l’Académie Julian. Installé à Montmartre, il mène alors « la joyeuse vie des rapins » en compagnie de condisciples et amis, notamment Jean-Gabriel Domergue, Roger de la Fresnaye, Louis Marcoussis, Robert Lotiron et André Warnod. Sa carrière qui s’étend sur plus de quatre décennies, le conduisant aussi bien vers le portrait et le nu féminin (aquarelles, dessins et estampes, Dignimont ne peignant pas sur toile) que vers l’illustration des livres et le décor de théâtre, se liant par là aux artistes peintres, aux écrivains (Colette, Francis Carco, Pierre Mac Orlan) et aux comédiens. C’est plus tard qu’André Dignimont commence à s’intéresser au paysage, encouragé en cela par André Dunoyer de Segonzac. Il a illustré des journaux tels que Le Rire, Demain, Monsieur – Revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur, Le Crapouillot, Le Sourire, Femina, la Gazette du Bon Ton, La Guirlande, Comœdia, Flirt… En plus de son métier d’illustrateur et de peintre, il a joué des rôles secondaires au cinéma et a fait partie du jury du Festival de Cannes 1955. André Dignimont est décédé à Paris en 1965, âgé de 73 ans. 

Commentaires

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MIMI PINSON”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *