DOMINIQUE

170,00

Eugène FROMENTIN

Louis SUIRE

Éditions RICHARD

Aquarelles de Louis SUIRE

Editions Richard, 1929

In-8° - 300 pages
Dimensions : 185 x 255

Tirage à 500 exemplaires
Exemplaire n°106 sur vélin d'Arches

Broché sous couverture rempliée
Fac-simile du manuscrit de Dominique et d'une lettre inédite d'Eugène Fromentin, sous serpente légendée, relié in-fine
Très bon état, sans rousseurs

Un jour de chasse, le narrateur lie connaissance avec M. de Bray, dit M. Dominique. Les relations intimes nouées entre les deux hommes conduisent Dominique à faire à son ami la confidence mélancolique de sa vie et de son impossible amour de jeunesse pour Madeleine.
Roman dédié à George Sand. L’ouvrage fut publié pour la première fois en 1862 dans la « Revue des deux mondes ». La parution de roman, s’inspirant des amours de Fromentin avec Madame Howland, suscita dès sa sortie l’admiration de toute la jeune école naturaliste. Le 20 janvier 1863, Ludovic Halévy déclarait à Fromentin que Dominique resterait « une des oeuvres les plus touchantes et les plus complètes de la littérature de tous les temps. » “DOMINIQUE » est en partie autobiographique” « Il est significatif en ce sens que Fromentin, peintre de qualité, écrivain habile, critique pénétrant de la peinture flamande et hollandaise, connaissant parfaitement ses limites, a voulu dire ici le renoncement nécessaire à l’homme, quand il sent ne pas avoir la force d’être celui dont il rêva dans sa jeunesse orgueilleuse. Telle est la pensée profonde de ce livre, et sans doute est-ce là ce qui le distingue des autres chefs-d’oeuvre du roman psychologique autobiographique. Le ton nuancé, automnal, modéré même dans l’effusion, la ferveur ingénue et romantique dominée, muée en une attitude presque classique, autant de caractères qui font de ce roman une oeuvre originale et attachante. » (cf. « Dictionnaire des oeuvres »).
Né en 1899, à Cognac, Louis Suire est trop jeune pour être appelé sous les drapeaux à la déclaration de la Première Guerre mondiale de 1914- 1918. Il rentre à 17 ans aux Beaux- Arts à Paris et s’inscrit à l’Académie Julian. Son jeune talent sera influencé par Albert Marquet dont il est l’élève, par Matisse qui vingt ans durant partagea un atelier avec Marquet, par Paul Signac et Dunoyer de Ségonzac. Il découvre Montparnasse, fréquente Modigliani, Soutine, Foujita, Picasso. Mobilisé en mars 1918, Louis Suire rentre au camouflage et peindra, entre autres, un faux Paris dans la plaine de Roissy pour tromper les aviateurs allemands !
Après la guerre, il revient à La Rochelle, en 1923. Quelques années plus tard, il épouse Hélène et achète en 1929 une maison dans le village des Portes. Le chemin du peintre sera désormais celui de l’île de Ré et de sa lumière blanche et intemporelle. Il ne cessera de la traquer pour mieux la peindre.

Les peintures de Suire ont souvent servi de motif pour cartes postales. C’est aussi grâce à ce média que se propage encore aujourd’hui le coloris très spécial que Suire donnait à ses tableaux et ainsi à l’image de l’ile de Ré. Sa vision de la lumière rhétaise et de la simplicité architecturale et paysagiste de l’ile sont des ambassadeurs les plus actuels pour tout le charentais.

Reviews

Soyez le premier à laisser votre avis sur “DOMINIQUE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *